fbpx

Comment éviter les erreurs de point de vue dans un roman

Je viens juste de parler des différents types de narrateurs. Pourquoi, alors, revenir sur les points de vue si je viens d’aborder le sujet?

Simplement parce que c’est une erreur qui revient pratiquement toujours dans les manuscrits qu’on m’envoie.

Un auteur présente un récit à la troisième personne alignée sur un seul personnage (par exemple, on suit Jeanne, une policière, et on livre l’histoire par le biais de son point de vue uniquement, en racontant au « Il »). Et puis, soudainement à la page 26, l’auteur écrit quelque chose comme ça :

Jeanne s’assoit à son bureau. Elle ouvre son ordinateur et commence à rédiger son rapport d’enquête.

Cinq minutes plus tard, son collègue Sébastien vient la rejoindre. Ce pauvre Sébastien est très fatigué ce matin, il vient de se souvenir qu’il a oublié de prendre son café et se dit qu’il devrait aller se faire couler une tasse avant de questionner Jeanne à propos de l’assassinat.

Vous voyez l’erreur?

Dans l’exemple ci-dessous, on ne devrait pas afficher les pensées de Sébastien. J’avais spécifié qu’on utilisait une narration alignée sur Jeanne, et donc que l’histoire devait nous être livrée par la lentille de ce personnage uniquement. Il y a eu transgression.

Une version correcte ressemblerait à ceci :

Jeanne s’assoit à son bureau. Elle ouvre son ordinateur et commence à rédiger son rapport d’enquête.

Cinq minutes plus tard, son collègue Sébastien vient la rejoindre. Ce pauvre Sébastien a les traits tirés ce matin; il tergiverse à l’entrée du cubicule, l’air d’hésiter à poser les pieds à l’intérieur.

C’est une erreur qui revient pratiquement toujours dans les manuscrits qu’on m’envoie.

— Ça va? demande Jeanne.

— Oui, oui… Je voulais te parler de l’assassinat, mais j’ai oublié de prendre mon café. Tu me donnes deux minutes?

Dans cette version, tout passe par le spectre du regard de Jeanne. On n’est jamais vraiment dans la tête de Sébastien, mais on « perçoit » son hésitation en même temps que l’héroïne.

J’insiste sur ce point. Quand vous choisissez un type de narration pour votre roman, vous devrez y rester fidèle jusqu’à la fin. (Bien sûr, vous pouvez faire en sorte que chacun des chapitres soit aligné sur un personnage différent, un peu comme dans A Game of Thrones; dans ce cas-ci, la cohérence demeure : dans les chapitres sur Jon Snow, on ignore ce que Ned Stark pense, et vice versa…)

Si vous désirez en apprendre davantage sur la narration et les points de vue, je vous invite à lire le guide Comment écrire des histoires d’Élisabeth Vonarburg. N’hésitez jamais à vous procurer ce genre d’ouvrage et à réaliser les exercices que l’on trouve à l’intérieur.

Maintenant que vous connaissez la base sur la narration et le point de vue, nous pouvons parler un peu de ce qu’est une voix d’auteur.

Vous désirez apprendre d'autres trucs du métier comme celui-ci?

Pour faciliter votre cheminement en tant qu'auteur, lisez mon livre Comment écrire plus. Il contient des trucs pour économiser du temps, des méthodes de travail éprouvées, de même que des suggestions de logiciels qui augmenteront votre efficacité durant la réalisation de votre roman, à toutes les étapes de création. Cliquez ici pour le lire dès aujourd’hui!

Comment éviter les erreurs de point de vue dans un roman
Étiqueté avec :                

2 avis sur « Comment éviter les erreurs de point de vue dans un roman »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *