Un de mes profs d’université m’avait déjà suggéré une technique que je n’avais jamais essayé. Faire imprimer son texte, le corriger au stylo et ensuite, réécrire son texte au complet, en se basant sur la version papier. Ici, « réécrire » signifie : travailler à partir d’un document Word vide.

Je l’ai fait avec mon Nova.

Évidemment, je recopiais mon tapuscrit en gardant les pages ouvertes, devant moi. Je lisais chacune des phrases, les évaluais, et les recopiais (en les gardant identiques ou pas, selon mon humeur.)

Comme on le voit, le fait de « réécrire » mon texte m’a obligé à réfléchir une nouvelle fois sur le contenu. Quand une phrase sonnait mal, je la changeais. Quand je répétais une idée inutile, je l’effaçais. Bref, j’appliquais un nouveau filtre sur le style.

Cette technique est difficile et… disons-le: très longue. C’est relatif, bien sûr. Comme je travaillais sur un roman court, j’ai complété le processus en quatre jours… Mais je suis quand même étonné par le résultat! Au point où je pense refaire la même chose pour mes prochains romans.

Vous voulez apprendre mes meilleurs trucs du métier?

Pour faciliter votre cheminement en tant qu'auteur, lisez mon livre Comment écrire plus. Il contient des trucs pour économiser du temps, des méthodes de travail éprouvées, de même que des suggestions de logiciels qui augmenteront votre efficacité durant la réalisation de votre roman, à toutes les étapes de création. Cliquez ici pour le lire dès aujourd'hui!

Recevez un modèle Word gratuit et des conseils d’écriture mensuels

Abonnez-vous à mes conseils d’écriture mensuels et obtenez un modèle Word (.doc) pour commencer votre manuscrit littéraire du bon pied.

En savoir plus sur cette offre

Réécrire son texte au complet
Étiqueté avec :            

6 avis sur « Réécrire son texte au complet »

  • 9 décembre 2008 à 13:50
    Permalien

    Je fais souvent (toujours) ça, ça me permet d’avoir un nouveau point de vue sur mon texte au lieu de travailler les mêmes affaires sans recul :-)

    Répondre
  • 9 décembre 2008 à 14:59
    Permalien

    Je le fais seulement avec des vieux textes, très vieux.

    ou quand j’ai envie d’explorer une idée déjà utilisée avec un nouveau texte, comme je l’ai fait avec _La mère_, dont les 2 textes, sur la même idée, ont été publiés dans Horrifique #41.

    Répondre
  • 9 décembre 2008 à 16:37
    Permalien

    Quand c’est écrit au crayon, la correction se fait alors au clavier au fur et à mesure que je tape le texte (de moins en moins souvent).

    Sinon, impression du tapuscrit (plusieurs jours après l’avoir écrit pour s’en détacher) et insertion dans un cartable avec crayon rouge et surligneur, pour l’orthographe, la syntaxe, les répétions et lecture à voix haute. Aussi, découverte récente de Antidote qui vous renvoie ces répétitions en plein visage…

    Avoir une bonne amie lectrice qui, même si vous lui demandez de se concentrer sur le fond, vous indiquera en mode révision, tout ce qui ne va pas ;o)

    Répondre
  • 9 décembre 2008 à 22:51
    Permalien

    J’ai déjà réécris entièrement l’un de mes livres (mon premier destiné à la publication) à la suggestion de mon éditrice. J’ai gardé les mêmes personnages et le même monde, mais l’histoire a été complètement modifiée! Il ne restait presque rien de la première. Je pense faire la même chose un jour avec un autre texte. Pour le reste, j’ai déjà modifié des textes jusqu’à 5 fois! Mais pas au complet, cependant. Bref, ça peut être utile, mais effectivement TRÈS long!

    Répondre
  • 14 décembre 2008 à 8:47
    Permalien

    Je vais republier ma série de fantasy de Contremont de Jeunesse-Pop chez Alire. Etant incapable d’ouvrir l’ancien fichier MacWrite du premier roman de la série, _La Requête de Barrad_, je suis en train de te retaper au complet. Je ne pense pas qu’il va rester plus de 50% du texte original. Serai-je aussi interventionniste avec les trois autres tomes, dont j’ai accès aux versions électroniques? Je vais aborder le second tome bientôt, je verrai. Je prévois, tout de même, retravailler de façon substantielle.

    Répondre
  • 14 décembre 2008 à 22:24
    Permalien

    Trop cool, Joël! J’ai bien hâte de tenir ça entre mes mains…

    et je me dis que peut-être que mon rêve d’avoir tout le cycle de Neubourg et Granverger chez Alire pourra se réaliser…

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.