Comme vous le savez peut-être, j’adore le logiciel Scrivener. Je n’irais pas jusqu’à dire que « je ne jure que par ça », parce que si j’étais obligé, j’écrirais au plomb dans un cahier Canada. Mais juste pendant 1 mois, parce qu’après, mon bras prendrait en feu à cause de ma maudite tendinite que je traîne depuis 10 ans.

Cela dit, les versions de Scrivener ne sont pas identiques sur Mac et sur PC, et c’est bien dommage.

La version actuelle sur Mac est 2.5. Sur PC, c’est 1.7.1. Cela signifie, en gros, que celle pour PC est pas mal en retard.

C’est qu’à l’origine, ce logiciel n’était carrément pas disponible sous le système d’exploitation de Microsoft. Les concepteurs l’ont adapté à Windows pour répondre à la forte demande des utilisateurs, mais il n’ont inclus que les fonctionnalités de base qui permettent de travailler adéquatement, sans plus. Il manquait les extras, le piquant, le wow.

Depuis, des mises à jour de « rattrapage » sont régulièrement publiées pour que les versions Windows et OSX se rejoignent. Literature and Latte, la compagnie derrière le logiciel, a des ressources limitées et fait son possible pour satisfaire ses clients. Je salue leurs efforts, mais je peux comprendre comment utilisateur sur PC peut ressentir une énorme frustration devant ce décalage.

Heureusement, avec la mise à jour d’hier, on obtient de nouvelles fonctions très attendues (et qui étaient déjà toutes présents sur Mac).

Voici les trois changements que je considère comme les plus importants (note : si vous n’êtes pas familier avec Scrivener, vous ne comprendrez rien, alors cessez de lire immédiatement) :

Possibilité d’assigner des métadonnées personnalisées aux documents : Je me sers de cette fonction pour spécifier l’heure, la date, le jour et le lieu de chacune de mes scènes.

Les métadonnées que j'utilise pour le moment.
Les métadonnées que j’utilise pour le moment.

On peut mettre plusieurs « notes de projets » : Auparavant, on ne pouvait qu’avoir 1 seule note assignée à l’entièreté du projet. On peut maintenant en ajouter autant qu’on veut. Par exemple, une pour les corrections à compléter, une pour les idées générales, une pour les références, etc.

Mes notes pour un projet que je commence à peine.
Mes notes pour un projet que je commence à peine.

Il est possible de changer les icônes de tous les documents : Je ne pensais jamais que cette fonctionnalité me serait aussi utile. Ça me permet d’insérer plein d’information à travers mon texte quand je décoche l’option « inclure dans la compilation ». Par exemple, je peux ajouter un document texte et lui donner le titre : « Ne pas oublier de faire mourir mon personnage dans ce chapitre ». Je ne mets aucun contenu additionnel, et comme icône, je choisis une case à cocher. Ça devient alors une tâche.

Quelques icônes personnalisés dans un de mes projets.
Quelques icônes personnalisées dans un de mes projets.

Si j’ai l’air d’être pas mal au courant de la manière d’utiliser ces « nouvelles » fonctions, c’est parce que j’ai échangé mon PC contre un Mac depuis 1 mois. Conséquemment, j’ai racheté une licence de Scrivener pour Mac et je tombe en extase chaque fois que je l’ouvre.

Cela explique aussi pourquoi mes captures d’écran proviennent de la version Mac alors que je parle essentiellement de celle pour PC… Si vous êtes gentils, vous me pardonnerez cette discordance.

Recevez un modèle Word gratuit et des conseils d’écriture mensuels

Abonnez-vous à mes conseils d’écriture mensuels et obtenez un modèle Word (.doc) pour commencer votre manuscrit littéraire du bon pied.

En savoir plus sur cette offre

Literature and Latte met à jour Scrivener pour Windows avec la version 1.7.1
Étiqueté avec :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.