La semaine dernière, je me suis acheté un Facebook flyer pour faire la promotion d’Alégracia.com. Je voulais essayer cette alternative.

Résultat : ça n’a pas valu la peine. Avec ce système, il en coute 5$ pour obtenir 2500 affichages publicitaires sur la communauté Facebook. Seulement 4 visiteurs ont cliqué sur mon annonce. Avec un calcul rapide, cela fait 1,25 $ par tête.

Pas rentable.

À mon avis, AdWords est encore la meilleure solution pour diffuser des publicités sur Internet. Pour 1 $ par jour, j’attire entre 4 et 6 nouveaux visiteurs sur mon site.

Les Facebook flyers
Étiqueté avec :                    

8 avis sur « Les Facebook flyers »

  • 13 septembre 2007 à 9:37
    Permalien

    As-tu songé à faire des rencontres d’auteur? Des tournées? Plusieurs associations offrent des programmes intéressants à ce sujet. Par exemple, l’UNEQ paie un cachet de 250 $ à l’écrivain ainsi que les frais de transport, et cela, jusqu’à 4 rencontres.

    Il y aussi les rencontres d’auteur que tu peux effectuer dans les bibliothèques et les écoles. C’est une forme de rencontre à ne pas négliger, je crois. Pour plusieurs lecteurs, rencontrer un écrivain en chair et en os est beaucoup plus tripant que le simple fait de naviguer sur un site web ;o)

    En tout cas, c’est une belle occasion pour rencontrer tes lecteurs et de t’en faire des nouveaux ;o)

    Répondre
  • 13 septembre 2007 à 10:31
    Permalien

    Je venais de lire ton article sur ton blogue, mais je n’arrivais pas à y écrire un commentaire. Mais j’avoue que l’affirmation concernant l’UNEQ me suprend beaucoup! J’ai fait plusieurs rencontres dans les écoles, par le passé, et je n’étais pas au courant que l’UNEQ pouvait m’aider financièrement!

    Cet automne, je vais tenter ma chance auprès du Répertoire de ressources culture-éducation (http://www.mcc.gouv.qc.ca/rencontres/artistes.htm). Quand on réussit à y adhérer, il parait qu’ils paient d’excellent cachets, et même les frais de transport, lorsqu’on se rend dans les écoles.

    Répondre
  • 13 septembre 2007 à 22:21
    Permalien

    Super! Tu me fais penser, moi aussi je pourrais m’inscrire, maintenant que j’ai deux romans de publiés ;o)

    Pour ce qui est de l’UNEQ, plusieurs personnes à qui j’en ai parlé n’étaient pas au courant. D’ailleurs, l’association ne semble pas répandre la nouvelle plus qu’il n’en faut :( J’ai des amies membres de l’UNEQ qui, comme toi, ignoraient ce service. À parler franchement, l’information n’est pas très visible sur le site, elle se situe au bas de la page. Je cite : « Chaque organisme-hôte a droit à un maximum de quatre cachets par année (du 1er avril au 31 mars de l’année suivante). » Détail à retenir, pour obtenir ces rencontres, tu dois effectuer tes propres démarches, téléphoner les biblios et tout.

    Dommage que tu ne puisses pas émettre de commentaire sur mon blog. Ça m’a fait plaisir de savoir que tu t’y intéressais :o) D’ailleurs, il est sur le point de tomber au point mort… ce blog. Pendant que je me consacre à y écrire des billets, je n’écris pas de fiction.

    Il est temps pour moi de m’y remettre. Sérieusement.

    De replonger!

    Répondre
  • 14 septembre 2007 à 1:13
    Permalien

    Dominic, si tu veux, si tu reviens au salon de Trois-Rivières l’an prochain, je pourrais te présenter à des collègues profs de français à mon école… On sait jamais, ça pourrait déboucher sur de belles choses!

    M

    Répondre
  • Ping :Ces petites publicités sur Facebook « Tu verras, clavier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *