Croulant sous les travaux d’université et les examens à préparer, trois choix s’offrent à moi pour occuper mon temps :

  1. rédiger mes dissertations longues;
  2. étudier mes examens; ou
  3. partir pour le Salon du livre d’Edmundston.

Je pense que vous me connaissez assez pour savoir que les options 1 et 2 sont pour les vrais étudiants.

Je partirai donc aujourd’hui pour les maritimes, en vue de participer au Salon du livre d’Edmundston, qui se tiendra du 15 au 18 avril 2010.

Comme mon horaire est assez complexe (et je doute que les habitants du Nouveau-Brunswick visitent mon blogue à l’heure qu’il est), je vais résumer mes journées plutôt que d’énumérer mes heures de dédicaces :

  • Mercredi : Arriver à l’hôtel après 3 h 30 de route en compagnie de Guillaume et Jonathan. Une fois là-bas, ne rien foutre (possibilité de se bourrer d’ailes de poulet, mais ce serait prématuré).
  • Jeudi : Entrevue radio sur les lieux du salon. Ensuite, j’ai deux séances de dédicaces pour Sintara et le Scarabée de Mechaeom. Participation au vin d’honneur le soir.
  • Vendredi : Journée de rencontres dans les écoles. En avant-midi, je serai à l’École Mgr Matthieu Mazerolle et puis je déménagerai à l’École Desbiens. Fait cocasse : la première institution est au N.-B. tandis que la deuxième est au Québec. Je dois donc prendre en compte le décalage horaire pour mon agenda. Après le coucher du soleil : soirée “Mots, musique et martinis” au Palais des congrès, avec la participation de quelques auteurs que je connais.
  • Samedi : Entrevue devant public avec Michel Vézina. Ensuite, je signe des livres.
  • Dimanche : Signatures, puis on rentre chez nous.

J’apporte des devoirs dans ma valise. Quand je me demande si je vais avoir le temps de mettre les yeux sur mes papiers, je me réponds : LOL.

Comme j’aime beaucoup raconter mes expériences de salon dans une région inexplorée, je vais essayer de bloguer quotidiennement sur mes expériences, avec photos à l’appui. À suivre…

Salon du livre d’Edmundston — Jour 0

3 avis sur « Salon du livre d’Edmundston — Jour 0 »

  • 14 avril 2010 à 8:29
    Permalien

    LOL, mets en! Bonne blague d’apporter des devoirs dans un voyage comme ça. Ça sert ben juste à alléger la conscience. Chaque fois que je vais en congrès, j’apporte de la job et je finis toujours par ne pas y toucher. C’est juste pour ne pas se sentir mal… Sur ce, bon salon!

    Répondre
  • 14 avril 2010 à 8:42
    Permalien

    Mouhahaha! Si encore tu y allais tout seul en bus, tu aurais une chance d’étudier un peu, mais dans les circonstances, tu devrais alléger tes bagages! :p (ça coûterait moins cher d’essence! hihihihi)

    Répondre
  • Ping :Salon du livre d’Edmundston 2011 | DominicBellavance.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *