fbpx

J’ai ouvert ce blogue en juin 2007. Ça fait donc un peu plus de 4 ans que j’écris au moins un billet par semaine. En tout, j’en ai pondus 478.

Lorsque j’ai fait ma rétrospective du blogue en taguant mes articles, j’ai pu constater mon évolution au fil des années. Au départ, j’aimais beaucoup vous parler d’écriture : la mienne, surtout. Je partageais des trucs, pas toujours bons, que j’avais développés au fil du temps. Et puis j’ai peu à peu découvert l’univers culturel au Québec, notamment l’état de la littérature. J’ai touché au débat. J’ai croisé mes connaissances en multimédia avec celui de l’écriture pour m’intéresser au marketing.

Ainsi, je parlais de moins en moins du métier d’auteur. Non pas par manque d’intérêt; j’écrivais de plus en plus. Seulement, avec l’expérience, j’ai réalisé que l’écriture littéraire est quelque chose de très personnel et que chacun est libre de développer sa propre méthode. Et ça prend du temps. Et pour arriver à ses fins, il faut s’écorcher les doigts sur le rabot, plusieurs fois.

Geneviève parlait des recettes. J’adhère entièrement à ses affirmations. On a beau suivre tous les conseils diffusés sur le Web et ailleurs, si on n’a pas assez forgé, on ne deviendra jamais forgeron.

Les trucs d’écrivains sont tous à prendre avec un grain de sel. Même ceux qui proviennent de la bouche (ou, plus naturellement, des doigts) d’auteurs de renom. À titre d’exemple, ceux publiés sur AdviceToWriters.com se contredisent sans cesse (et c’est voulu, car souvent le conseil d’une semaine est diamétralement opposé à celui de la suivante).

Le marketing du livre? Parlons du marketing tout court. Étant horripilé par le phénomène de surconsommation, ici ou ailleurs, j’ai toujours cru que le marketing était le fléau du monde contemporain. Et si ce sujet me passionne, en réalité, c’est pour respecter l’idéologie know your enemy.

Au début, je m’aventurais sur cette avenue avec une certaine naïveté. Maintenant, chaque fois que je reviens sur le sujet, un petit monstre rugit en moi et je sombre dans le cynisme avant la fin de ma rédaction.

Le marketing du livre se résume à ceci : écrivez de bons romans. Trouvez votre public, comblez-le. Et ce public est souvent représenté par vous-même. C’est là qu’un miroir peut être utile.

En marketing, le bouche à oreille, y’a que ça de vrai. Toute autre tentative pour faire un coup d’éclat sera vaine et, si elle fonctionne, sera éphémère. À quelques exceptions près. Mais ne sont-ce pas les exceptions qui confirment la règle?

Cela dit, je n’ai plus rien à dire à propos des deux sujets principaux de ce blogue. Ça va mal.

L’utilité des billets inutiles

Je parlais plus tôt de l’utilité d’un miroir. Ce blogue a toujours respecté un thème, celui de l’écriture et de tout ce qui a été nommé ci-dessus. Je rédigeais environ 90 % de billets sur ces sujets et le dernier 10 % s’intéressait à n’importe quoi d’autre.

Ces 478 articles me restent. Grâce à ceux-ci, j’ai pu voir comment j’ai évolué dans l’avenue de l’écriture et de la publication professionnelle. En résulte une sorte de journal pas-très-intime, mais un journal quand même.

Aujourd’hui, je n’écris presque plus, notamment à cause des études, mais aussi suite à une baisse d’intérêt momentanée. Et lorsque ma fille va venir au monde en novembre, ça va empirer.

Je vais bien sûr continuer de pianoter sur le clavier à l’occasion, mais cette activité sera relayée au troisième, ou même au quatrième rang. Donc, je vois mal comment je ferais pour nourrir un blogue axé sur l’écriture.

C’est pourquoi le ratio sera inversé.

J’aime l’idée de documenter ma vie. Je suis heureux de l’avoir fait pendant les 4 dernières années. Je n’ai pas envie d’arrêter.

En disant « La fin de ce blogue », je sous-entendais sa forme actuelle, telle que vous la connaissez. Désormais, 90 % du contenu diffusé ici sera personnel et 10 % sera axé sur mes activités d’écrivain.

Choses dont vous n’entendrez plus parler :

  • des trucs d’écriture;
  • le marketing du livre;
  • l’état de la culture au Québec;
  • des commentaires à propos de l’écosystème du livre;
  • etc.

… et les sujets que vous risquez maintenant d’y retrouver :

  • la rédaction professionnelle en général;
  • la vie autour de futur bébé;
  • le dessin et l’illustration numérique;
  • les séries télé qu’on écoute;
  • des critiques de livres, peut-être;
  • Donjons & Dragons;
  • Diablo III (quand ça va sortir, t’sais);
  • etc.

Sur le principe de « fuyez pendant qu’il en est encore temps »

Un frisson vous parcourt le dos? Vous avez un gout de vomi dans la bouche? N’ayez crainte, vous pouvez vous désabonner du fil RSS dès aujourd’hui.

Si vous suiviez mon blogue pour les premiers articles mentionnés, je comprends que vous perdiez tout intérêt. Désertez ce lieu virtuel. Moi-même, je ne suis pas trop friand des blogues qui parlent de bébés et de couches sales.

Seulement, là, je veux écrire un peu plus pour moi-même. J’ai aimé « documenter » ma vie d’écrivain, alors pourquoi ne pas m’intéresser à « l’autre vie », pour une fois? Je suis prêt à me faire ce cadeau.

Ce blogue va changer. Pour le meilleur et pour le pire. Et un nouveau visuel va probablement marquer cette transition.

Pour ceux qui s’en iront : merci de m’avoir lu et d’avoir commenté sur ce blogue au fil des années, et ce, que vous étiez d’accord ou non avec mes opinions. Ces interactions m’ont fait grandir en tant qu’artiste et en tant que personne.

Pour les autres, eh bien, on se revoit de l’autre côté dans quelques jours.

La fin de ce blogue

11 avis sur « La fin de ce blogue »

  • 2 octobre 2011 à 10:25
    Permalien

    On en est tous là: on commence avec une idée, on pense s’y tenir, rester dans l’impersonnel, bien documenté, avec des liens, des références et on glisse tranquillement vers le personnel. Juste pour avoir envie d’écrire, de s’exprimer.

    Alors je te connais peu professionnellement, j’ai apprécié tes billets, ils m’ont parfois fait réagir, réfléchir, jamais rager. Je ne lis pas tes romans parce que ce n’est pas dans ma “palette” de lectures. Je ne me désabonnerai quand même pas, probablement parce que j’ai un petit côté voyeur et que finalement j’aime bien connaître la vie des gens en général et des auteurs en particulier. Suivre leur parcours pour le comparer au mien.

    Répondre
  • 2 octobre 2011 à 10:44
    Permalien

    J’ai peu commenté, mais j’ai apprécié tes billets.
    Quand j’ai commencé à lire ce billet, j’ai bien pensé que tu fermais définitivement ton blogue. Tu laisseras tes anciens billets pour consultation, dis? L’important, c’est que tu écrives de sujets qui te font vibrer. Donjon et Dragon/ Diablo m’intéressent aucunement, mais je continuerai à venir jeter un oeil sur ce blogue de temps à autre.
    Merci d’avoir pris le temps d’écrire tous ces conseils.
    Julie

    Répondre
  • 2 octobre 2011 à 10:46
    Permalien

    Julie : Oui, je laisserai les anciens billets pour consultation ultérieure. Peut-être que je vais en verrouiller les commentaires. Je ne sais pas encore.

    Répondre
  • 2 octobre 2011 à 11:34
    Permalien

    Bonjour Dominic,

    bravo pour ces quatre années de productivité. Peu importe ce que tu deviendras, ce sera toujours intéressant pour moi de te lire, que tu parles d’écriture ou de ta vie personnelle.

    Parce que tu as une belle plume et que je souhaite encore en savoir à ton sujet.

    Répondre
  • 2 octobre 2011 à 12:17
    Permalien

    J’ai tellement hâte de lire tes futurs billets … tu as tellement le tour de commenter même les faits les plus divers en les rendant intéressants … J’ai toujours dit que j’aimerais être dans ta tête pour voir la vie comme tu la vois, toi … ben voilà, je crois que dorénavant, on pourra se délecter de tes observations quotidiennes avec cette petite pointe d’ironie qui rend tes histoires si délectables!

    Répondre
  • 2 octobre 2011 à 14:52
    Permalien

    Ouf! J’ai eu peur. J’adore venir lire ton blogue qui fût le premier que j’ai découvert dans ceux qui se trouve dans mon blogroll. Tu as fait beaucoup plus que tu ne peux l’imaginer (pour moi) au cours des 3 dernières années.
    Merci beaucoup.

    Répondre
  • 2 octobre 2011 à 17:56
    Permalien

    Depuis mes débuts dans la blogosphère, j’ai toujours trouvé tes billets fort intéressants. Un brin sarcastiques parfois (toujours un réel plaisir), et 100 % honnêtes. J’aurais été très triste que tu laisses tomber ton blogue.

    Les bébés, les couches, les films et la Vie avec un grand V, j’embarque! Tsé, il n’y a pas juste ce que tu dis, Dominic, il y a aussi la façon que tu choisis pour le dire… Peu importe de quel sujet tu décideras de parler, je te lirai.

    Allez, au plaisir de se revoir de l’autre côté! :D

    Répondre
  • 2 octobre 2011 à 19:50
    Permalien

    Oh, ouf!! J’ai eu la trouille! J’ai cru que tu enterrais for ever and ever ton blogue! J’aime te lire, peu importe le sujet que tu abordes, alors c’est clair que je vais suivre l’évolution de ton blogue.

    Et comme dirait une bonne pub Loto-Québec: “Fais-moé pu jamais peur de même, toé!”

    ;P

    Répondre
  • 3 octobre 2011 à 8:40
    Permalien

    Ouf! J’ai eu peur que tu fermes le blogue définitivement.

    Tu sais, je crois que c’est pas vraiment grave cette évolution des sujets. C’est un peu normal au fond : on t’a connu professionnellement et là on va juste en savoir plus sur ta vie personnelle!

    T’es l’équivalent du collègue de bureau qu’on commence à inviter à souper chez nous! ;)

    Répondre
  • 3 octobre 2011 à 21:23
    Permalien

    En fait pour moi je crois que ce sera encore plus intéressant. J’ai beaucoup apprécié te lire mais je ne t’ai découvert qu’assez récemment et je n’ai jamais commenté ici avant. Je prenais tes messages sur l’écriture comme un enseignement, mais pour moi la façon dont les écrivains voient la vie de tous les jours et comment ils réagissent et rapportent les faits les plus divers sont ce qui m’inspire le plus. Ce sera donc avec grand plaisir que je passerai ici lire tes histoires de couches sales car de toute façon, je suis pas mal là-dedans moi aussi alors tant qu’à faire…

    Bonne continuation.

    Répondre
  • Ping :Mes résolutions pour 2012 | Dominic Bellavance

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *