Depuis longtemps, Goodreads avait l’habitude d’aller puiser des informations manquantes concernant certaines publications (titres, couvertures, nombre de pages, etc.) directement sur Amazon. Par exemple, si vous cherchiez un livre inexistant dans la base de données de Goodreads, le site vous proposait quand même un résultat avec des données importées.

Néanmoins, comme les conditions d’utilisation d’Amazon semblent se resserrer avec le temps, notamment en ce qui concerne l’exportation des informations sur les livres, les propriétaires de Goodreads ont cru qu’il valait mieux se protéger. Par conséquent, à partir du 30 janvier 2012, Goodreads supprimera toutes ses données qui proviennent d’Amazon.

Quelles sont les conséquences d’une telle décision?

Plusieurs ouvrages vont se retrouver sans titre, sans auteur et sans couverture, ne laissant qu’un ISBN derrière eux. Seules les informations entrées manuellement par les utilisateurs survivront à ce nettoyage.

Goodreads entend importer une base de données comportant plusieurs millions de données de livres en fin de semaine pour contrebalancer cette perte. Cependant, j’ai l’impression que la majorité des livres québécois risquent d’y perdre des plumes.

Il existe un endroit pour vérifier lesquels de vos livres risquent de subir des modifications (je crois qu’il faut être un Goodreads Librarian pour y avoir accès) : http://www.goodreads.com/rescue_books/at_risk

On peut également visiter la page individuelle d’une publication pour vérifier son état. Si la bannière ci-dessous apparait, c’est que le livre sera touché par le nettoyage :

À cette heure, 245 de mes livres sont en danger. Mireille et moi essayons d’en « sauver » quelques-uns, mais c’est long. Pas nécessairement compliqué, juste long.

Si vous êtes un Goodreads Librarian ou un Goodreads Author et que vous désirez embarquer dans cette galère, je vous suggère de visiter la page ci-dessus et de « réparer » les livres québécois présents dans votre liste. Au moins les vôtres si vous êtes auteur. Inutile de s’attaquer aux bestsellers étrangers pour le moment; ils seront probablement sauvés de toute manière.

Ce phénomène illustre bien la fragilité des données qu’on place sur le Web.

N’hésitez pas à partager cet article. Plus de Goodreads Librarians seront au courant du problème, moins on aura individuellement de travail à accomplir pour préserver l’intégrité de notre bibliothèque.

Goodreads coupe les liens avec Amazon : des livres sont en « péril »
Étiqueté avec :    
  • Je me sens comme une superhéroïne du petit détail téteux.

  • Mathieu Fortin

    Shit, 322.

  • Pour les intéressés, on peut devenir Goodreads Librarian à cette adresse : http://www.goodreads.com/about/apply_librarian

    Il faut avoir au moins 50 livres dans son profil pour être admissible.

  • Ouf, je me lance de mon côté aussi…

  • Il m’en reste juste 198! (snif)

  • Au risque d’être rabat-joie, il me semble surtout voir dans cette situation une compagnie qui incite des particuliers à prendre bénévolement de leur propre temps pour ajouter du contenu à leur site, contenu qui leur servira, ultimement, à générer des profits. Je peux très bien comprendre l’intérêt que l’auteur a à s’assurer que son propre livre ait une bonne visibilité, mais sinon?

  • Je comprends ton point de vue. En fait, c’est difficile de passer à côté de ce raisonnement en travaillant pour “corriger” des livres.

    Par contre, la force d’un réseau social est en grosse partie dans son contenu, lui-même généré par ses membres. Je me console en me disant que les autres membres profiteront de mon travail, et surtout moi-même, autant que Goodreads.

    Et bon… que Goodreads fasse de l’argent ne me dérange pas non plus, hein? On utilise Facebook et Twitter, et ces compagnie survivent parce qu’elles génèrent des profits. C’est la vie.

  • J’ai postulé pour devenir un Goodreads Librarian et pouvoir vous aider ! À suivre…

  • En ce qui me concerne, j’utilise la plateforme Babelio (www.babelio.com), qui semble très similaire à Goodreads, mais qui est en français.