fbpx

L’autre jour, j’ai me suis demandé si ç’aurait été pertinent d’organiser une webdiffusion sur Ustream pour connecter avec mes lecteurs pour qu’on puisse parler de littérature, de lancement, de projets, etc.

D’abord, c’est quoi Ustream? C’est une application Web où une personne diffuse une vidéo en direct, avec sa webcam. Ceux qui la regardent peuvent communiquer avec le diffuseur, par clavardage. Ainsi, ça permet de poser des questions et d’obtenir des réponses en direct.

Je trouve ça bien, comme système. Ça s’utilise fréquemment au États-Unis pour promouvoir des sorties de disques, de films et, oui, même de livres.

La webdiffusion au Québec

J’ai beaucoup réfléchi au potentiel de Ustream. Après y avoir médité, j’en suis venu à la conclusion que je n’organiserai pas moi-même un tel évènement. Je suis loin d’être une star et je ne crois pas pouvoir attirer assez de monde pour maintenir l’intérêt pendant une demi-heure. Et je ne voudrais surtout pas me retrouver devant une “salle vide”.

Peu d’auteurs au Québec pourraient, à mon avis, réunir assez d’internautes pour que la diffusion reste dynamique. À part quelques exceptions qui me viennent en tête.

Une des manières de contourner ce problème serait d’organiser une webdiffusion avec 2 ou 3 auteurs en même temps, issus de milieux semblables. Ça attirerait plusieurs lecteurs, et le potentiel de questions serait plus grand.

Avec plusieurs écrivains, ce serait facile de remplir une demi-heure d’interview. Et même si personne n’interagissait par clavardage (à cause de la gêne, mettons), les auteurs pourraient toujours se relancer entre eux.

Malheureusement, comme j’habite à Québec, c’est difficile pour moi de réunir des gens. La plupart des écrivains que je connais viennent de Montréal.

Et vous, qu’en pensez-vous? Si un groupe d’auteur ou une maison d’édition annonçait une webdiffusion, seriez-vous au rendez-vous?

Me semble que je verrais bien La maison des viscères organiser un truc semblable.

Les maisons d’éditions et les auteurs devraient-ils apprendre à utiliser Ustream?
Étiqueté avec :                

3 avis sur « Les maisons d’éditions et les auteurs devraient-ils apprendre à utiliser Ustream? »

  • 11 août 2011 à 10:02
    Permalien

    Je sais pas… L’idée est bonne, mais on a déjà les salons du livre pour ce genre de chose (enfin, en théorie). Ou les congrès (mais bon y’a pas beaucoup de lecteurs).

    En tant que lectrice, je pense pas que j’aurais envie de devoir m’asseoir devant mon ordinateur à un moment fixé pour écouter/participer à une entrevue. J’aurais plutôt tendance à en chercher le compte rendu écrit dans les jours suivants.

    C’est d’ailleurs ce que j’ai tendance à faire avec toutes les conférences de presse et entrevues, même pour les rares vedettes que je suis un peu. J’aime recevoir l’information par écrit, au moment où je la veux.

    Répondre
  • 11 août 2011 à 11:29
    Permalien

    Intéressant comme outil. La maison des viscères en prend note! Par contre, avec une fanbase encore limitée, je crois qu’un outil plus statique, comme un simple vidéo, sans interaction directe, pourrait être plus utile. Mais, même dans notre cas, avec nos auteurs disséminés à travers le Québec, ça pourrait être plus difficile…

    Personnellement, ça pourrait m’intéresser d’assister à ce genre d’événement, mais il faudrait que le hasard place l’événement à un moment où je suis disponible…

    Répondre
  • 11 août 2011 à 21:06
    Permalien

    Un outil dont je n’avais jamais entendu parler. Intéressant, mais je vais dans le même sens que toi Dominic: il y a peu d’auteurs ici assez connus pour attirer des participants. Du moins, pour l’instant. J’ai deux-trois noms dans la tête, gros maximum.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *