fbpx

Hier, pour la première fois depuis des jours, j’ai eu du temps libre, en quantité acceptable (plusieurs heures d’affilée).  J’aurais pu en profiter pour continuer des travaux longs, mais comme la semaine de relâche s’en vient, je me suis dit : « Bah! Je finirai ça mardi prochain. »

Alors je me suis assis et j’ai lu Wendy Wagner.

Toutes les quinze minutes, je sortais du livre pour regarder l’heure. « Ouin. Je devrais peut-être arrêter et continuer mon projet. Ah! et puis zut. » Et je replongeais dans le roman. Quinze minutes plus tard, je recommençais.

C’est pas parce que l’histoire était inintéressante (loin de là), mais je suis ainsi. Quand j’étudie à temps plein, je suis incapable de relaxer, j’ai toujours l’impression que je devrais consacrer mon temps à quelque chose de « rentable ». C’est gossant.

L’art de mal interpréter un statut Facebook

À la suite de cette réflexion, j’ai posté un statut Facebook :

Ce qui est plate, quand t’es aux études, c’est la culpabilité qui accompagne le temps libre. Comme la blonde geignarde, toujours accrochée à un ami que t’as vraiment envie de voir.

Immanquablement, certaines personnes ont cru que je manifestais mon mécontentement envers ma propre blonde, enceinte de 8 mois.

Je prends une part du blâme. Selon sa construction, cette phrase pouvait être interprétée de la mauvaise manière. Mais je parlais bien « d’un ami hypothétique que t’aurais envie de voir et qui, supposément, aurait une blonde gossante (ça se peut, t’sais) ».

Clarifions une chose : jamais je ne partagerai mes problèmes de couple sur Facebook ni sur aucun réseau social. Chaque fois qu’une personne le fait, je m’emporte. Mon conseil : si vous êtes incapable de communiquer avec votre conjoint(e), n’allez pas éclabousser l’Internet avec votre rage refoulée. Consultez un psy. La vie privée, ça existe encore, surtout en ce qui concerne le couple. Merci.

Et en ce qui concerne les figures de style sur Facebook, j’arrête ça jusqu’à nouvel ordre.

Les études ou l’impossibilité de jouir convenablement de ses temps libres
Étiqueté avec :                

Un avis sur « Les études ou l’impossibilité de jouir convenablement de ses temps libres »

  • 26 octobre 2011 à 13:37
    Permalien

    Ouin, pis de toute façon, je suis pas assez bonne pétrisseuse de pain pour geindre*.

    * Pour comprendre ce jeu de mots succulent il faudra peut-être que vous cherchiez “define:geindre” dans google comme je viens de le faire.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *