Durant le dernier Salon du livre de Montréal, Mireille et moi voulions aller souper en ville. On ne savait pas si on préférait aller au Pied de cochon ou à la Banquise. Comme on n’avait pas de réservation, on s’est dit qu’on finirait sûrement à l’endroit spécialisé en poutines.

On a donc pris le métro pour se rendre à la station Mont-Royal, là où se trouvaient les deux restaurants.

“STATION SQUARE-VICTORIA”

Le métro, c’est pratique, mais c’est jamais ben excitant. Au moins, dans un autobus, tu peux contempler un peu le paysage urbain.

N’ayant pas de siège, Mireille et moi on se tenait debout au milieu de l’allée.

“STATION PLACE-D’ARMES”

Un individu debout pas loin de nous s’est mis à nous regarder. Il paraissait bien, avait l’air d’être âgé dans la vingtaine. Je dirais qu’il avait un peu le style de Gabriel Nadeau-Dubois, surtout pour la coupe de cheveux.

Je voyais bien qu’il avait quelque chose sur le bout de la langue.

Ça m’étonnait, parce qu’habituellement, les gens qui me parlent dans l’autobus sont des grincheux qui chialent à propos de l’actualité ou qui me racontent de quelles manières le gouvernement fait TOUT EN SON POUVOIR pour nous fourrer jusqu’à l’os.

Mais là, un jeune GND comme celui-là qui voulait me parler… Sûrement qu’il me demanderait des indications pour aller quelque part. N’était pas originaire de Montréal, je savais que je ne pourrais pas l’aider beaucoup.

Il finit par s’exprimer…

INCONNU : Euh, pardon? Excusez-moi?

Il avait un accent français, donc je me suis dit qu’effectivement, il me demanderait des indications.

MOI : Oui?

FRANÇAIS : Connaissez-vous la chimie?

Mireille et moi, on est un peu flabbergastés par la question. Mireille répond immédiatement non alors que moi, je soupesais encore sa question. Qu’est ce qu’il voulait dire  par là, exactement?

MOI : Ben, je sais un peu comme ça marche un atome. Genre.

FRANÇAIS : Sauriez-vous où je pourrais trouver de la soude caustique?

MIREILLE : De la soude caustique?

MOI : C’est de la petite vache, ça, me semble? Tu peux en acheter à l’épicerie.

FRANÇAIS : Non, en fait, je recherche vraiment de la soude caustique pure. En France, on peut en acheter dans n’importe quelle pharmacie, mais ici, j’ai pas trouvé.

MIREILLE : C’est peut-être pas de mes affaires, mais qu’est-ce que tu veux faire avec ça?

FRANÇAIS : Du savon! Comme dans Fight Club. En fait, j’ai besoin de beaucoup de soude caustique, parce que je veux faire un GROS savon! Vous voyez?

MOI : J’étais sûr que c’était de la petite vache. Dans ma région natale, y’a du vieux monde qui disait “soude caustique” au lieu de “p’tite vache”.

FRANÇAIS : Non, je sais de quoi je parle. J’ai mon diplôme d’ingénieur en chimie.

MOI : Oh!

“STATION CHAMP-DE-MARS”

Mireille et moi, on reste silencieux un moment. Notre nouvel ami français aussi.

“STATION BERRI-UQAM”

FRANÇAIS : Excusez-moi encore…

MIREILLE : Y’a pas de problèmes.

FRANÇAIS : Savez-vous si vos cartons de lait ont de l’aluminium à l’intérieur?

MIREILLE : Non, c’est sûr que non.

FRANÇAIS : Quel est leur enrobage? Qu’est-ce qui les imperméabilise?

MIREILLE : De la cire?

MOI : Me semble que c’est une couche de plastique. Quand je garroche un contenant dans un feu de camp, je le vois “twister”.

FRANÇAIS : Pardon?

MOI : C’est sûrement du plastique.

MIREILLE : Est-ce que je peux demander pourquoi tu… euh, vous voulez savoir ça?

FRANÇAIS : J’aimerais bien m’en servir comme moule. Pour faire mon GROS savon. Mais je dois faire bien attention à l’aluminium. La soude caustique, ça réagit mal avec ce métal.

MOI : Ah! Bien oui. Évidemment.

Quelques minutes  plus tard, Mireille et moi, on descend à la station Mont-Royal et, une fois dans la rue, on se regarde un peu, perplexe, puis on a tout un fou rire! Un savon géant? Come on!

Et ma question à vous, chers lecteurs : MAIS QUE VOULAIT-IL VRAIMENT FABRIQUER AVEC ÇA???

La conversation de métro la plus bizarre de toutes

11 avis sur « La conversation de métro la plus bizarre de toutes »

  • 2 décembre 2014 à 16:32
    Permalien

    Heu… dans Fight Club, le corps gras pour ses savons, c’est du gras humain, non? Je dis ça de même. ;-)

    Répondre
  • 2 décembre 2014 à 17:19
    Permalien

    Aucune idée, mais honnêtement, qui aurait été imaginer une telle histoire dans un roman? :P

    Répondre
  • 2 décembre 2014 à 20:03
    Permalien

    Caro : Me semble qu’il m’a pas trop parlé d’où il tirait son gras. À moins que Mireille s’en souvienne?

    Prospéryne : Sûrement Chuck Palahniuk ;)

    Répondre
  • 2 décembre 2014 à 21:34
    Permalien

    Il doit être étudiant en arts et voulait faire un projet genre “symbolique” de qqchose avec un gros savon… Quand t’as passé 6 ans à étudier en arts, il n’y a plus grand chose qui te suprennes ! O.k. Pis 13 ans à Mtl non plus : ) ! Elle était bonne la poutine ?

    Répondre
  • 2 décembre 2014 à 21:39
    Permalien

    J’en avais acheté chez Bella Pella dans le temps… Et oui, c’était pour faire des savons… ;)

    Répondre
  • 2 décembre 2014 à 22:50
    Permalien

    Vénusia : Oh! J’avais pas pensé à celle-là. Pas fou! Et oui, elle était excellente mais un peu dure sur l’estomac (comme toute bonne poutine se doit de l’être).

    Elisabeth : Si on me repose la question, alors je saurai enfin quoi répondre :)

    Répondre
  • 3 décembre 2014 à 11:46
    Permalien

    On peut produire une explosion à partir de soude caustique très pure, je dis ça comme ça…

    Répondre
  • 6 décembre 2014 à 22:53
    Permalien

    De la soude caustique, c’est du NaOH et, oui, ça risque fortement d’être utilisé pour faire du savon. (Enfin, espérons-le…) Peut-être même qu’il veut y faire une belle sculpture! ;)

    Répondre
  • 9 décembre 2014 à 9:26
    Permalien

    Je me demande si à ce jour, il a réussi à faire son (insérer ici ce qu’il voulait créer). Je lui souhaite, en tout cas!

    Répondre
  • 1 janvier 2015 à 12:33
    Permalien

    A Marseille, en France, pour fabriquer du bon Savon, c’est plutôt de l’huile d’Olive, me semble-t-il, qui est utilisée…. Merci pour votre Site, il est super !

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *