Je suis présentement en train de lire Écrire pour vivre, de Jean-Benoît Nadeau, gracieuseté de mes beaux-parents pour mon demi-anniversaire. Cette lecture, très enrichissante, me permet de voir d’autres facettes d’un métier que je commence à bien connaitre. On y parle beaucoup de vente, entre autres, mais pas seulement la vente de livres. L’auteur nous apprend à marchander des idées, des droits d’auteurs et même du bon travail.

Je viens de terminer le premier chapitre et je me rends compte que cette lecture tombe à pic. Je me remets souvent en question depuis les dernières semaines (voir un certain billet) et la réponse de subvention que j’ai reçue aujourd’hui ne m’aidera pas à remonter la pente. En ce sens, Écrire pour vivre me motivera peut-être à poursuivre ce cheminement laborieux. Espérons-le.

Recevez un modèle Word gratuit et des conseils d’écriture mensuels

Abonnez-vous à mes conseils d’écriture mensuels et obtenez un modèle Word (.doc) pour commencer votre manuscrit littéraire du bon pied.

En savoir plus sur cette offre

Écrire pour vivre?

18 avis sur « Écrire pour vivre? »

  • 12 juillet 2007 à 14:40
    Permalien

    Salut Dominic,

    Ce que tu me dis ici me touche beaucoup. D’abord, parce que loin d’être publié, je me crois habité des mêmes craintes que toi. Aussi, parce que, comme tu le sais déjà, j’espère un jour pouvoir vivre de ma plume (ou survivre? :P)

    Quoi qu’il en soit, je viens de terminer mon premier manuscrit et, après le laborieux mais combien fascinant travail de rééééécriture :), je me prépare à le « dévoiler » à mes proches pour recueillir leurs commentaires.

    Crois-tu que Écrire pour vivre s’adresserait également à moi? Permet-il à un néophyte des rouages de l’édition de se familiariser avec son système? Tu sais, j’ai lu « Écriture » de Stephen King et « Comment écrire des histoires » de la fantastique Élisabeth Vonarburg mais je n’ai toujours rien lu sur la façon de gérer sa carrière d’écrivain.

    Je suis confiant que tu continueras à persévérer. Écrire un roman en tant que tel demande une détermination des plus farouche. Tu la possèdes déjà, et tu comprends à quel point il faut faire des sacrifices pour réaliser nos rêves.

    C’est ce qui compte le plus : poursuivre son rêve.

    Paulo Coelho ne disait pas, dans l’Alchimiste, que c’est le chemin qui importe, et non la ligne d’arrivée?

    Bonne chance dans tes démarches,

    Patrice

    Répondre
  • 12 juillet 2007 à 14:44
    Permalien

    Merci beaucoup pour tes mots d’encouragements :)

    Je n’ai pas encore assez creusé en profondeur dans Écrire pour vivre pour dire, sans aucune retenue, qu’il s’adresse à tout le monde. L’auteur précise toutefois que ses conseils s’adressent autant aux vieux loups qu’aux débutants. Alors, pourquoi pas?

    Répondre
  • 13 juillet 2007 à 14:50
    Permalien

    J’ai rencontré Jean-Benoît Nadeau il y a quelques mois lors d’une conférence… sérieux ce gars là, y’est meilleur motivateur que Jean-Marc Chaput :p

    Mais le livre, c’est un super outil!

    Répondre
  • 13 juillet 2007 à 14:55
    Permalien

    Bon, gab a encore rencontré tlm..

    Tsé, la vie d’artiste c’est pas facile, mais quand tu as le talent, ya toujours moyen de percer! Courage :)

    Répondre
  • 15 juillet 2007 à 22:52
    Permalien

    Écrire pour vivre est LE livre à lire pour quiconque veut savoir comment gérer sa carrière, car il est plus spécifique que Écriture de King sur ce même sujet. Je vous le conseille vivement…

    Aussi, j’ai vu Comment écrire de la SF et de la fantasy, de Scott Carr… Quelqu’un l’a lu?

    M

    Répondre
  • 15 juillet 2007 à 23:54
    Permalien

    J’ai adoré le livre de Orson Scott Card, c’est un must (et aussi son livre Characters and Viewpoints).
    Le livre de Nadeau, je l’ai trouvé un peu loin des préoccupations des auteurs de fiction. Il passe beaucoup de temps à parler de journalisme, et son expérience d’auteur de livres se limite à la non-fiction. Ça paraît, par exemple au chapitre 5, quand il dit que la description de l’approche et du traitement de l’oeuvre devrait faire la plus grande partie d’une lettre de présentation (qu’il appelle synopsis) dans le cas d’un roman. Yeah right.
    Ou quand il se plaint que le CALQ ne subventionne que les projets de fiction… (faut être un peu déconnecté de la réalité du milieu littéraire pour s’en plaindre… il me semble, du moins).
    C’est quand même une bonne source de motivation et il y a quelques infos intéressantes.

    Répondre
  • 16 juillet 2007 à 1:22
    Permalien

    J’ai lu Écrire pour vivre. J’ai interrompu ma lecture au tiers du volume, pour le prêter à une amie auteure qui prépare un voyage au Mexique. Voilà une occasion en or de rédiger (sur place) des articles potentiellement publiables et, surtout, rentables. Je ne peux donc commenter l’ensemble du livre.

    Les conseils (lu au début) sont intéressants, mais à un moment donné j’ai été interpellée par une pensée : ai-je la trempe d’une femme d’affaires pour appliquer chacune des méthodes proposées? Je me considère davantage comme une artiste. (C’est sans doute pour ça qu’Écrire, de Steven King, m’a plus inspirée ;-) Mais bon, quand j’en aurais complété la lecture, peut-être pourrais-je me faire une tout autre opinion.

    Pour ce qui est de Comment écrire de la fantasy et de la SF, je l’ai lu avec grand intérêt. Par contre, n’écrivant pas de la SF, cet aspect du livre m’a moins intéressée. Ce thème couvre une bonne partie du bouquin. Néamoins on y trouve de bons trucs pour rendre un récit imaginaire crédible. J’ai particulièrement aimé le chapitre survolant le caractère des personnages. La façon dont on peut faire passer des informations (essentielles) par l’entremise des attitudes : soit d’un regard, ou d’une pensée souvenir qui en dit long sur l’enjeu qui se déroule devant nous. La cueillette des idées (ou comment laisser une idée murir) est aussi inspirante.

    Anne J.

    Répondre
  • 16 juillet 2007 à 11:43
    Permalien

    Je suis entièrement de votre avis pour ce qui en est du côté journalistique de l’ouvrage. Jusqu’à maintenant, j’ai quand même aimé avoir quelques exemples de synopsis. C’est ma bête noire. Mes histoires on beau être claires dans ma tête, je suis incapable d’en parler à quiconque sans les plonger dans la confusion.

    Néanmoins, ce genre d’exercice s’applique un peu moins à la fiction. Je serais incapable de commencer un nouveau roman et d’en prédire la fin dès le départ. Dans mon cas, tout change radicalement en cours de route.

    Répondre
  • 16 juillet 2007 à 17:35
    Permalien

    Tiens, voilà de belles suggestions de lecture que vous me faites ^^

    Mais j’avoue que, quand je pense aux affaires, je ne me sens pas interpellée (comme Anne, quoi ;)). Bien sûr, j’aimerais bien vivre de ma plume, mais je n’ai pas envie d’écrire ce qui est à la mode présentement. Des fois, j’ai l’impression que la fantasy est surchargée (tellement de livres…) et j’ai peur de manquer d’originalité et de me faire refuser par un éditeur.

    Mais repensant à mes forces, je me suis tournée vers un autre genre, mais une question se pose : comment créer de la profondeur à un personnage ? Existe-t-il un livre pour ça ?

    Répondre
  • 17 juillet 2007 à 14:09
    Permalien

    Vraiment excellent ce blog, très bons articles et belles photos, c’est une merveille, je suis français et j’ai hâte de venir visiter Montréal et le Québec car j’adore !!! Au passage je cherche des amis (ies) et correspondants (tes) du Québec et du Canada alors si ça intéresse des gens n’hésitez pas à me contacter merci bien :-) !!

    Répondre
  • 17 juillet 2007 à 16:59
    Permalien

    J’ai lu Écrire, de Stephen King, et j’ai bien aimé. Dernièrement, j’ai lu « You’re not fooling anyone when you bring a laptop to a coffee shop, Scalzi on Writing » de John Scalzi et j’ai trouvé ça particulièrement pertinent, dans le même ordre d’idée. Un peu domage que le livre était une édition limitée.

    Répondre
  • Ping :Tu verras, clavier

  • 9 août 2007 à 18:36
    Permalien

    Le livre « Écrire pour vivre » est un livre complet. Les conseils, suggestions et explications sont très clairs. Je les ai suivis comme une bonne vielle recette de grand-mère en ajoutant mon grain de sucre! Après avoir soumis un synopsis pour un article, j’ai eu une commande. tout s’est passé simultanément pendant ma lecture.

    Je serai publiée officiellement pour la première fois dans le numéro de septembre du magazine Montréal pour enfants. Tout ça s’est déroulé entre le 27 juillet et le 6 dernier. En plus je serai payée! L’article « Petit guide pour le retour à l’école » sera aussi sur le site web http://www.montrealpourenfants.com

    Répondre
  • 3 novembre 2007 à 10:09
    Permalien

    Y-a-t-il une procédure pour écrire un bon synopsis de livre? À quelles questions cela doit-il répondre pour l’éditeur? Est-ce la même chose qu’un résumé?

    Répondre
  • 4 février 2009 à 17:45
    Permalien

    salut moi c’est rachid !je vien de finire ma douzième nouvelles!ah oui 12 nouvelle un receuil masi je n’ai aps encore eu la chance de les publier d’autant polus que j'(ai recueil de poème non publié et je travaille actuellment sur un roman j’en suis au 14eme chapitres!pouvez vous m’aider!merci

    Répondre
  • 4 février 2009 à 22:32
    Permalien

    salut rachid… je doute que ton message soit pertinent sur le blog de Dominic, mais je te propose de soigner la qualité de ton français écrit avant de chercher d’autres conseils…

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.