Mes dictionnaires les plus consultés

Depuis que j’ai acheté Antidote, je consulte beaucoup moins mes dictionnaires « papier ». Je fais ça pour économiser du temps. Je me dis : pourquoi feuilleter le Robert alors que je peux avoir la définition d’un mot en un clic?

J’ai réalisé qu’autrefois, je tirais surtout mon plaisir d’écrire en feuilletant ces ouvrages de référence.

Devrais-je donc accepter de perdre quelques précieuses minutes et mettre Antidote de côté?

Peut-être.

Trouver un mot riche qui convient à une situation particulière, ça procure une vraie satisfaction. Si j’ouvre moins le dictionnaire aujourd’hui, c’est peut-être parce que j’essaie de privilégier les mots simples et clairs dans mes récits. Un simple choix d’auteur. Hemingway procédait de la même façon, après tout.

Mais j’ai souvent l’impression de passer à côté de quelque chose. Non pas des mots compliqués, mais juste… d’autres mots. D’autres idées.

Antidote sert à bien des choses. Le logiciel est bon pour les définitions, les synonymes, les antonymes et les citations. Côté analogique, c’est très ordinaire. Rien n’est expliqué, on nous sert des mots sans trop savoir quelles raisons ont justifié ces choix.

Pour trouver des idées, j’ai recommencé à consulter mon dictionnaire analogique « papier », ainsi que mon Thésaurus de Larousse. Ce dernier ouvrage est magnifique. Il ne peut pas se séparer de sa forme en papier, car sa richesse se déploie justement lorsqu’on le feuillette. Ceux qui en possèdent un savent de quoi je parle. On n’y retrouve pas un stupide tri alphabétique; ce sont les thèmes qui se côtoient. Et lorsqu’on l’ouvre, on veut s’enrichir sur des thèmes.

Je vais essayer d’y recourir plus souvent, à l’avenir. Ça fait du bien.

De la mise au rancart des dictionnaires
Étiqueté avec :            

6 avis sur « De la mise au rancart des dictionnaires »

  • 12 juillet 2010 à 18:13
    Permalien

    Y’a rien de tel qu’un bon dictionnaire de synonymes ou alors un dictionnaire thématique ou un dictionnaire rimes : on les ouvre pour une raison et on trouve 23 termes qu’on ne cherchait pas :)

    Cela dit, pour une simple vérification de l’orthographe, c’est moins chiant de pouvoir la faire en un clic!

    Répondre
  • 12 juillet 2010 à 18:59
    Permalien

    J’utilise moi aussi antidote pour trouver vite un synonyme simple ou un définition d’un mot simple pour savoir s’il convient au sens que je lui donne.
    Par contre, en effet quand on cherche un autre mot sans savoir ce que je cherche… vive le papier.
    J’ai jamais pensé au thésaurus… à mettre sur ma liste de cadeau de Noël.

    Répondre
  • 13 juillet 2010 à 22:43
    Permalien

    Richard : Et dire que c’est le dernier que j’ai acheté! Ça aurait dû être le premier… et de loin. Il vaut chaque dollar investi.

    Répondre
  • 14 juillet 2010 à 9:20
    Permalien

    Merci Dominic, pour cet article. Tu me donnes le goût de plonger dans mon Thésaurus de Larousse. Je l’ai reçu en cadeau, dernièrement. Moi aussi, j’utilise Antidote depuis plusieurs années, et je suis d’accord avec toi, il faut faire attention, il ne faut pas oublier les « autres mots », ceux qui viennent autrement que par une machine. Merci encore ! :o)

    Répondre
  • 18 juillet 2010 à 8:45
    Permalien

    Idem ici. Le plaisir d’ouvrir une page au hasard, de feuilleter, de trouver un mot, d’aimer ce mot, d’utiliser ce mot, de lire une définition de se dire un mot autrement… Un plaisir perdu à cause d’Antidote. Mais c’est un grand plaisir de l’écriture, les mots… Antidote est génial, mais il a ses limites, comme tous les outils qui sauvent du temps :-)

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *