Parcourant les différents salons du livre de la province depuis 2005, j’en ai vu des vertes et des pas mures. On rencontre toutes sortes de lecteurs : les geeks, les passionnés, les occasionnels, les pas-convaincus-mais-qui-achètent-juste-pour-voir… et aussi beaucoup d’auteurs débutants qui viennent nous présenter leur projet d’écriture.

À ce que j’ai vu jusqu’à maintenant, rencontrer des éditeurs durant un salon du livre pour “vendre sa salade” peut être excellent pour un auteur… et aussi très mauvais. Tout dépend de la façon dont le l’aspirant-écrivain va procéder. Ceci dit, je ne suis pas éditeur, mais je côtoie les Six Brumes depuis assez longtemps pour être capable de me mettre dans leurs souliers. Voici donc, en rafale, quelques conseils destinés à ces auteurs qui veulent présenter un projet lors de ces évènements. Note : ils sont tous inspirés de faits vécus.

Conseil #1 : Parlez à l’éditeur, pas à l’écrivain!

La gaffe la plus courante. Des gens viennent souvent m’aborder sans me demander si j’ai un rôle quelconque dans le processus de sélection des manuscrit. La réponse est : NON. Ne gaspillez pas votre salive (à moins que je vous demande expressément de me parler de votre histoire!)

Conseil #2 : N’obstruez pas la table de vente

L’éditeur est présent au salon du livre d’abord et avant tout pour rencontrer des lecteurs et vendre des livres. Ne lui faites pas perdre des clients parce que vous prenez tout l’espace devant la table.

Conseil #3 : Soyez propres

Les auteurs qui puent, c’est désagréable. Sérieusement, lavez-vous. Et si le cœur vous en dit, mettez votre costume du dimanche et peignez-vous. Rencontrer un éditeur, c’est comme rencontrer votre futur employeur. Mieux vaut bien paraitre.

Conseil #4 : Présentez votre histoire, pas votre univers

Tout le monde est capable de créer un univers, surtout en fantasy. Un univers seul, ça n’a aucun intérêt tant que ça ne vient pas avec une histoire de qualité. Focusez sur votre personnage, sur ce qu’il accomplira dans votre monde.

Conseil #5 : Soyez concis

Les salons du livre sont reconnus pour épuiser les exposants, qu’ils soient écrivains ou éditeurs. On est tous fatigués, et les long discours qui n’en finissent plus, on préfèrerait s’en passer. Aussitôt que l’éditeur vous fait signe d’arrêter, arrêtez. Ce signe peut se traduire de multiples façons : il bâille, il dit : “c’est intéressant, mais…”, il essaie d’interrompre votre discours ou, dans le meilleur des cas, il vous passe une carte d’affaires.

Conseil #6 : Soyez convaincants

C’est une qualité que les éditeurs recherchent chez leurs auteurs. Si vous vendez bien votre livre avant sa publication, vous risquez de bien le vendre à vos lecteurs, plus tard.

Conseil #7 : … mais restez humbles

Les têtes enflées, on les évite comme la peste. Convainquez-nous que votre manuscrit est génial, mais apprenez à ne pas franchir la limite du ridicule.

Conseil #8 : Intéressez-vous aux livres offerts par la maison d’édition

Si cette maison vous intéresse vraiment, vous allez certainement vouloir en apprendre davantage sur leurs publications. Demandez aux auteurs qu’ils vous parlent de LEURS livres et, pour marquer un point supplémentaire, achetez-en.

Conseil #9 : Donnez votre manuscrit seulement si on vous le demande

La plupart du temps, les éditeurs ne veulent pas trimballer de lourds manuscrits avec leurs bagages (qui sont déjà fort encombrants.) Habituellement, vous allez soumettre votre œuvre via le processus normal de soumission. Vous avez gagné votre mission si on vous demande de le soumettre à une adresse “spéciale” (le courriel du directeur littéraire, par exemple.) Mais ne demandez jamais vous-même d’avoir cette adresse!

Conseil #10 : Laissez une bonne impression derrière vous

Ayez du charisme et, avant de partir, donnez une bonne poignée de main à tout le monde. Faites en sorte qu’on veuille vous rencontrer à nouveau. Soyez mémorables… dans le bon sens!

Vous voulez apprendre les meilleurs trucs pour soumettre un manuscrit littéraire?

Pour faire bonne impression auprès des éditeurs et augmenter vos chances de réussite, lisez mon livre Présentez votre manuscrit littéraire comme un pro en 5 étapes. Avec ses 80 pages de conseils et d'exemples, vous apprendrez comment concevoir une mise en page impeccable tout en évitant les pires gaffes. Vous y trouverez aussi des trucs pour économiser temps et argent, ainsi que pour bien choisir vos éditeurs. Cliquez ici pour le lire dès aujourd’hui!

Comment présenter votre projet d’écriture à un éditeur pendant un salon du livre

10 avis sur « Comment présenter votre projet d’écriture à un éditeur pendant un salon du livre »

  • 8 novembre 2008 à 12:07
    Permalien

    Excellent billet, vraiment, très pertinent. J’en prends bonne note (encore faudrait-il que j’écrive un manuscrit, pour commencer).

    Le point sur l’odeur corporelle fait bien rire, mais ce que ça doit être pénible d’être assailli par les aisselles de l’enfer en plein salon…

    Répondre
  • 10 novembre 2008 à 11:33
    Permalien

    Très bon billet. Un gros merci. J’ai le même problème que Guillaume : pas encore de manuscrit à présenter. :-)

    Répondre
  • 10 novembre 2008 à 15:01
    Permalien

    Très intéressant. Je vais tenter de me rappeler de tout ça! ;)

    Sérieusement, j’ai donné ce lien en référence à des ados qui avaient des questions sur l’édition… j’ai bien hâte de voir leurs réactions.

    Répondre
  • 15 novembre 2008 à 17:20
    Permalien

    Ha… mon Dieu! J’aurais quasiment envie de te demander de recopier ce texte et de le mettre sur mon site! Si seulement les apprentis auteurs pouvaient le lire! Très cool! :-)

    Répondre
  • Ping :L’aspirant auteur dans les évènements littéraires | Tu verras, clavier

  • 31 août 2009 à 18:02
    Permalien

    Wow!

    Il y a vraiment des gens qui présentent leurs manuscrits ou leurs projets au salon du livre?

    C’est un billet super intéressant, mais moi je serais vraiment gênée… Pauvre auteur qui est pris pour entendre quelqu’un vendre sa salade à l’éditeur collé à côté de la table!

    Ouf!

    Mais merci, ce sont de bons conseils… moi, je ferais pas ça, je suis trop gênée (je ne fais pas aux autres ce que je n’aime pas trop me faire faire et, il me semble que je tripperais pas être à la place de l’éditeur mais c’est moi, j’ai peut-être trop de scrupules), mais c’est quand même super pour ceux qui ont plus d’entregent que moi! hihi!

    Shamane

    Répondre
  • Ping :Le premier manuscrit d’Alégracia | Tu verras, clavier

  • 30 septembre 2009 à 6:57
    Permalien

    Merci d’avoir précisé aux auteurs d’être propres quand ils veulent rencontrer des éditeurs…

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *