Dans ma grande quête pour trouver le moyen idéal de promotion sur Internet, j’ai mis en pause ma campagne AdWords pour tester la nouvelle fonctionnalité de Facebook : les Facebook Ads. Après trois semaines d’essai, j’en suis arrivé à quelques conclusions.

Certains d’entre vous se souviennent peut-être de ma mauvaise expérience avec les flyers de ce réseau social. Je les jugeais trop chers et inefficaces. Les Facebook Ads viennent remplacer ce système pourri en proposant une option CPC qui est, ma foi, assez similaire à celui d’AdWords. On paie seulement pour les clics et l’utilisateur choisit son enchère maximale.

L’efficacité de ces publicités m’a d’abord surpris. J’ai eu la possibilité de cibler ma campagne pour un groupe précis (pour les 13 à 30 ans qui sont originaires de Québec, par exemple) et aussi de les trier par centre d’intérêt. Un point demeure à retravailler, par contre : Facebook ne supporte pas les expressions françaises. J’aurais aimé cibler les utilisateurs qui s’intéressent à la « lecture » ou bien aux « livres », mais le réseau ne trouve que les équivalents en anglais. Comme je ne veux pas offrir des livres en français à un public anglophone, j’ai dû me contraindre à choisir un concept reconnu dans toutes les langues : « Harry Potter ».

Pour la qualité des clics, les Facebook Ads sont incontestablement meilleures que les publicités AdWords. Environ 80 % des visiteurs d’AdWords venaient sur mon site et rebondissent après quelques secondes. La plupart étaient sans doute des webmestres qui cliquaient sur leurs propres pubs. Un cas bien connu. Et moi, ça me coutait cher à la longue.

Sur Facebook, une telle situation n’arrivera jamais. Facebook ne clique pas sur ses publicités. Enfin, on l’espère.

D’ailleurs, pour ma campagne, j’ai choisi d’utiliser ma Facebook Page au lieu d’un lien direct vers Alégracia.com. L’internaute peut alors voir des photos, visionner des vidéos et lire des commentaires de lecteurs avant de décider si ce « résumé » lui convient. Dans un tel cas, il pourra traverser sur mon site officiel.

Les visiteurs d’Alégracia.com qui proviennent de Facebook voient en moyenne 6,87 pages et rebondissent à 38,1 %. Les chiffres parlent d’eux-mêmes.

Autre aspect intéressant : s’il apprécie votre travail, l’utilisateur pourra s’inscrire comme étant votre « fan ». En plus de se mettre en contact avec un nouveau fandom si on peut dire il vous donnera une visibilité permanente sur leur profil. Win-win.

Donc, collègues auteurs, je vous suggère de vous créer une Facebook Page pour faire la promotion de vos livres, de votre maison d’édition ou de votre fanzine. Ça prend seulement quelques minutes et c’est gratuit. Pour les publicités, par contre, même si le système me semble meilleur qu’AdWords, j’ignore encore si les retombées en valent la dépense.

Ces petites publicités sur Facebook
Étiqueté avec :                    

2 avis sur « Ces petites publicités sur Facebook »

  • 29 novembre 2007 à 19:08
    Permalien

    Personnellement, je n’aime pas vraiment Facebook (je suis très capable de procrastiner par moi-même, merci), mais tu me convaincs que ça pourrait être un bon outil promotionnel pour Brins d’éternité…

    Répondre
  • 29 novembre 2007 à 19:15
    Permalien

    Ah! T’en fais pas, c’est pareil pour moi. Si je procrastinais pas (sur Facebook, entre autres), je sortirais une dodécalogie comme tout le monde.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *