Vous devez vous demander quel genre de connerie j’ai posté hier.

En fait, c’est une technique créative que j’utilise quand je travaille sur le plan d’une histoire. Elle s’applique aux personnages.

J’ai cessé d’écrire des « fiches textuelles » pour mes protagonistes depuis longtemps. J’en ai rédigé quelques-unes pour des projets antérieurs, et, en général, je ne les consulte jamais ou presque. Ce genre de fiche ne m’apprend pas grand-chose, à part des informations élémentaires. Elles me fournissent rarement de nouvelles idées (alors que ce devrait être le but).

Pour définir mes personnages, je préfère de loin recourir aux montages photo.

Travail préparatoire
Montage pour un personnage qui s’appelle « Julie »

La technique est assez simple, mais demande quelques heures de travail.

Pour créer un montage, je navigue sur Flickr ou Google Images et je cherche d’abord la photo d’une personne qui ressemblerait à mon sujet. J’attends d’avoir le bon feeling, même si ça prend une journée complète. C’est crucial pour la suite.

Avec un logiciel comme Photoshop, j’ouvre un document au format 8½ x 11 et je copie-colle ma photo préférée au milieu, en gardant un espace blanc de chaque côté.

Ensuite, je retourne sur les sites d’images et je choisis une vingtaine de photos que je disposerai autour du sujet. Elles peuvent représenter :

  • ses mets favoris;
  • ses activités;
  • des membres de sa famille;
  • les lieux qu’il préfère ou voudrait visiter;
  • etc.

Thésée et le minotaure
Les images peuvent être plus abstraites.
Ci-dessus : Thésée et le Minotaure, pour montrer que
le personnage se sent dans une impasse

Le simple fait de chercher des images m’oblige à réfléchir aux particularités de mon personnage. Pourquoi choisir celle-ci? Pourquoi élaguer celle-là? C’est beaucoup plus amusant que de se creuser la tête devant une feuille blanche.

Après avoir sélectionné les images, je les place au sein du montage en considérant ces aspects :

  • la grosseur (l’importance) de la photo;
  • la proximité de l’image avec celle du personnage;
  • la juxtaposition des photos (leur relation entre elles).

Grand-mère Vie amoureuse
À gauche, la grand-mère malade qui observe le sujet. Signification : son récent décès affecte beaucoup le personnage. À droite, photos qui évoquent des relations amoureuses houleuses.

La touche finale : j’écris le nom du personnage, quelque part. Encore une fois, je tiens compte de :

  • la grosseur du texte;
  • sa position;
  • la police de caractère utilisée (Comic Sans ne donnera pas le même effet que Helvetica, par exemple).

Lorsque ce sera fini, j’imprime le montage et le colle sur le mur, près de mon bureau. Je m’arrange pour le voir chaque jour.

Avec le temps, une telle mosaïque finit par me parler. Si je l’observe comme j’observe un tableau dans un musée, de nouvelles idées germeront dans mon esprit. Des liens supplémentaires se créeront entre les images. Mon personnage grandira.

En fin de compte, cette technique est plus difficile à réaliser que les fiches textuelles. Mais, à long terme, je trouve cela beaucoup plus intéressant.

Le montage photo : un moyen pour insuffler la vie à ses personnages
Étiqueté avec :                        
  • C’est une excellente idée. Je n’y avais pas pensé! Je crois que je vais faire ça pour mon projet. Ça aidera sans doute! Merci!

  • Hé hé hé… j’avais rien dit, mais j’avais pas mal deviné à quoi servait ton montage! :)

    Je ne fais pas un montage par personnage, mais je chasse les images moi aussi quand je commence un projet et je les accroche autour de moi au bureau. Comme ça j’ai l’ambiance de mon projet sous les yeux au moment où je ne peux pas y travailler. C’est excellent pour l’inspiration.

  • idmuse

    J’avais deviné aussi (moi je le fais en numérique, mais ce n’est pas aussi beau), mais j’avoue que les photos sont vraiment belles (celles du montage, pas juste celles dans le montage).
    C’est une belle idée, concept qui se prête à un cadre pédagogique aussi (mettre un personnage de roman en images). Tiens, ça m’inspire…

  • Wow! Super concept! Je travaillais moi aussi avec des images de temps à autre, mais ta façon est beaucoup plus élaborée et créative! En fait, c’est même de l’art…

    J’achète! :D

  • Excellente idée ! J’avais déjà trouvé une photo qui représente mes deux personnages principaux (Vivi Google…) Mais de leur attacher tout ce qui peux les caractériser, c’est génial.

    Merci

  • Excellent !
    Je trouve que c’est beau, ludique, et en plus, on a un souvenir à la fin de l’écriture. J’aime bien l’idée.
    Mais personnellement, je préfère les fiche Excel que je garde ouvert tout le temps de l’écriture. Mais je note l’idée pour plus tard.. qui sait ! :-)

  • Excellente idée!

  • C’est une très bonne idée, Dominic ! Merci de la partager avec nous. Je suis toujours intéressée de connaître les différentes façons que prennent les auteurs à inventer leur personnage pour ensuite mieux les incarner. La tienne est géniale !
    Encore merci !! :-)

  • Pingback: lacapitaleblogue.com | Suggestions du jour 03/04/2011()

  • @Tous : Merci pour vos commentaires! J’aimerais préciser que cette technique créative est inspirée d’une méthode que j’ai apprise dans mes cours de multimédia, qui s’appelle : les « personas ». C’est le même principe : quand on créait un nouveau site Web, on s’imaginait quel genre d’internaute on attirerait (pour identifier le public cible). On dressait une liste de ses caractéristiques, et ensuite on réalisait un montage photo du même genre. J’ai transposé cette idée pour l’écriture. Et ça marche.

  • En animation et en BD, on fait un peu la même chose. On appelle ça des « model sheets ». Ça diffère un peu de ton concept : c’est surtout des dessins du personnage dans différentes positions et angles de vue. Aussi, ça comprend la recherche d’expressions faciales. On s’y réfère surtout pour garder la ressemblance du personnage de dessin en dessin…

    Mais je retiens ton idée de « model sheets psychologiques ». Quand on est aussi scénariste en même temps que dessinateur !

    ;0)

  • Pingback: Les objets de mon bureau #2 : Copy Holder | Dominic Bellavance()

  • Pingback: Alors, que s'est-il passé en 2015? - Dominic Bellavance()