Les bandes-annonce de livres

Ma bande-annonce pour Toi et moi, it’s complicated a été mise en ligne hier et, déjà, les réactions se propagent un peu partout sur le Web. Elles sont autant bonnes que mauvaises.

Les bandes-annonce pour les livres est un phénomène assez récent et en pleine expansion. Avec YouTube, Vimeo et autres plates-formes, la pratique devient accessible à tous les auteurs qui espère gagner quelques lecteurs en leur offrant, en plus des mots, des images et du son.

J’aimerais profiter de cet espace pour discuter de cette pratique, justement. Qu’est-ce que vous pensez des bandes-annonce pour les livres? Est-ce un « trip d’auteur » qui est dépourvu d’intérêt pour les lecteurs? Une bonne bande-annonce peut-elle influencer vos choix lors de vos achats? Une mauvaise bande-annonce fera-t-elle l’effet inverse? Croyez-vous que les bandes-annonce peuvent faire lire des gens qui lisent peu (particulièrement le genre de lecteur qui demande, dans les salons : « Quand-est que le film va sortir? ») Et, au contraire, décourage-t-elle les lecteurs assidus en leur imposant des images qu’ils préféreraient se faire eux-mêmes?

Pour animer la discussion, voici plusieurs bandes-annonce que j’ai recensées sur le Web, y compris celles qui concernent mes livres :

Si vous avez vous-même une bande-annonce à montrer, n’hésitez pas à la mettre en commentaire.

Share Button

22 commentaires sur “Les bandes-annonce de livres

  1. Pour ma part, je n’ai rien contre une bande-annonce bien faite. Ayant déjà fait de la vidéo, je vais souvent « juger » les auteurs qui produisent une vidéo de très mauvaise qualité… je vais juger son professionnalisme. Je me souviens d’avoir failli vomir en voyant celle de A.N.G.E., mais je n’arrive pas à la retrouver (peut-être que je n’ai pas cherché non plus).

    D’un autre côté, j’ai vu que ça pouvait influencer mes achats. J’ai commandé Prison de poupées immédiatement après avoir vu le montage d’Ed Hardcore. Ça m’a permis de voir rapidement quel genre d’ambiance on retrouverait dans le bouquin, et j’ai bien aimé.

  2. Ça me laisse plutôt indifférent. En fait je ne les regarde pas (je n’ai pas vu la tienne). Si ça peut faire parler du livre, tant mieux. Mais c’est tellement facile de faire quelque chose de quétaine en vidéo que ça me fait peut-être peur !

  3. Tant que la vidéo et de bon goût et pas trop mal faite… pas de problème!
    Je pense qu’en plus, avec l’avènement du livre électronique, le côté marketing multimédia va se développer. Ce qui n’est pas mauvais en soi. De la même façon que les DVD ont des extra, les livres ont peut-être en avoir plus.

  4. Je crois que les auteurs ne sont pas ceux qui devraient faire les bandes-annonce. L’éditeur, responsable de la pub, devrait s’en charger. Avec un peu de moyen et en lien avec la politique éditoriale.

    Les bandes-annonce de livre sont sûrement un bon moyen d’aller chercher un public jeunesse très présent sur le web.

    Voilà ma p’tit idée.

  5. La bande annonce de la canicule des pauvres a vraiment été un élément d’accroche de mon côté.Ca m’a vraiment incité à acheter le livre.

    Mais j’avoue que les B-A avec des acteurs me laisse un peu plus perplexe…

    Je crois que les B-A ont leur place et elle charmeront un public

  6. ANGE…moi j’ai faillit vomir en lisant le livre lol

    Pour ma part je ne regarde pas vraiment ce type de bande annonce.

  7. Je crois personnellement, en l’auto-critique.

    Reculez il y a vingt ans . Pas de Web. Aujourd’hui, et nous sommes tout un groupe à nous côtoyer, auteurs de blogues…
    Maintenant, les bandes annonces. Les statuts facebouette pour souligner le lancement d’un livre et ce sera quoi demain?
    Je crois, sincèrement, que le plus beau, c’est que tous ces moyens sont au service d’un objet qui, lui, n’a pas changé : le livre.

    Je n’ai pas à convaincre mon collègue de travail de 53 ans. Ma blonde de 47 ans. Mes parents octogénaires. Ils savent ce qu’est un livre.

    Nous voulons simplement entrer dans le monde de ceux et celles qui ont des médias différents pour lire le monde. Pour leur crier que les livres existent encore. Pour faire notre propre pub. Pour offrir une atmosphère.

    Quelque part, c’est triste, pour les nostalgiques. Mais on ne se pose plus de question sur les blogues. Comme Karuna, allez lire le no. 57 du Libraire.

    Comme dans n’importe quoi, n’importe quel support. La qualité et l’honnêteté primeront. Que ce soit pour une bande annonce, un blogue ou des statuts. Si tu fais le con, si tu tournes les coins ronds et dis n’importe quoi, l’intelligence humaine, elle, n’a pas changé et saura te juger comme tel.

    En t k, cé sa. lol

  8. J’aime l’idée de François : celle d’utiliser la bande-annonce pour crier à tous que le livre existe encore.

    Par contre, je savais même pas que mon navigateur jouait automatiquement les vidéos :-p Je ne me ferai plus prendre ;)

    Je sais que le livre existe, alors je vais m’épargner la pub ;)

  9. Avant d’avoir l’air d’une incompétente finie en informatique, je précise : l’ordinateur que j’utilisais n’est pas celui sur lequel je « surfe » habituellement. D’où le problème de réglage.

  10. J’ai plusieurs sources d’information pour choisir le prochain roman que j’achèterai: tv, radio, journal, mes proches lecteurs, les sources traditionnelles quoi. Je peux aussi flâner à la librairie et être impulsive, ce que j’adore, mais depuis peu, il y a une nouvelle source qui s’est ajoutée: le Web. Que ce soit un copain blogueur qui fait des compte-rendus de lecture ou les blogues d’auteurs qui me font connaître leurs créations ou, bien sûr, les fameuses bandes-annonces, Internet est simplement une voix de plus.
    Je pense comme François: peu importe la source, je conserve mon auto-critique. Si la bande est un bon produit marketing, elle pourra me faire acheter.
    Les nouveaux auteurs qui veulent promouvoir leur roman ont d’après moi avantage à être de leur temps et profiter des occasions que d’autres n’ont pas eues avant. Conclusion: par nos expérimentations, on écrit l’histoire et c’est ça, c’est vraiment passionnant.

  11. J’ai pris le temps d’aller visionner les bandes annonces en lien et voici mon constat :

    Celles de « La canicule des pauvres », « Jeunauteur » et « Passionnément givrée » sont parfaites à mon sens, car elles donnent envie de lire le livre, sans en dévoiler trop.

    Au niveau des autres :

    « Alégracia » : un peu trop romanesque à mon sens. Les fleurs, la musique… Une question de goût, je suppose. Désolée, Dominic, je n’ai pas accroché.

    « En d’sous » : De voir cet auteur lire un passage de son roman, ça m’a plutôt gênée. Non, ce n’est pas ma bande annonce préférée…

    « Fol allié » : La bande annonce en montrait un peu trop à mon goût et tant qu’à y être, j’avais plutôt envie de voir le film… ;)

    « Marzi à Marzi » : Au niveau de la présentation, c’était rigolo, mais peu attirant. Enfin, en ce qui me concerne! J’ai bien aimé les bulles qui montraient les pensées des deux interlocuteurs. Mais de là à dire que ça m’inciterait à lire le livre… non.

    « Prison de poupées » : Minute! Est-ce que mes enfants regardent par-dessus mon épaule? Ouf! Non, heureusement! J’ai bien aimé le visuel, du genre vieux film de série B. La bande annonce affiche bien le hardcore du roman et on sait à quoi nous en tenir. J’ai visionné ça avec un sourire en coin. Tiens, une prochaine lecture? ;)

    « Toi et moi, it’s complicated » : Le bricolage du gars est hilarant (Oups! Désolée, était-ce supposé être tragique?) Ici, bande annonce intéressante, mais j’aurais préféré ne pas voir le visage du gars. Maintenant, c’est lui que je verrai quand je lirai ton livre, Dominic. Parce que oui, je vais te l’acheter, ton fameux livre! Disponible au Congrès Boréal, j’espère?

    Finalement, je pense que les bandes annonces de romans, ce n’est pas pour moi. Pour les films, c’est parfait, mais pour les livres, il faut savoir doser l’information, sinon je n’ai plus envie de lire.

    Un sujet très intéressant et d’actualité. Il est probable que les jeunes seront davantage attirés par ce type de publicité. Quant à moi, je suis un dinosaure, faut croire!

  12. @Isa : Je me doutais bien que la bande-annonce d’Alégraica n’accrocherait pas grand monde ici. C’est une vidéo que j’avais projeté en arrière-plan lors du lancement d’Alégracia et les Xayiris vol. II. Je l’avais mise en ligne suites aux demandes de certains fans, même si je savais très bien que la vidéo se prêtait très mal à un visionnement attentif.

    Je confirme aussi que la capsule pour « Toi et moi, it’s complicated » est supposée être humoristique (quoique sur un fond de pathétisme, un peu comme dans le livre).

    Tous vos commentaires sont extrêmement pertinents. Ça me mène à cette conclusion hâtive, qui demanderait une réflexion plus approfondie : les bandes-annonce sont appropriés pour une première approche, quand un lecteur ne connait absolument rien de l’oeuvre en question. Ça peut alors permettre d’attiser la curiosité. La bande-annonce devient inutile lorsqu’on connait déjà l’oeuvre présentée.

    Ainsi, je reconnais que j’ai fait une erreur en ayant présenté la bande-annonce de « Toi et moi, it’s complicated » sur ce blogue, si on tient compte que les visiteurs de Tu verras, clavier connaissent bien mes réalisations jusqu’à maintenant. Ça n’apporte rien de plus.

    J’ai quand même hâte de mesurer l’effet de ces capsule auprès des nouveaux lecteurs, toutefois. Je vais essayer d’être à l’affut dans les prochains salons. Combien vont me dire qu’ils achètent le livre parce qu’ils ont d’abord été accrochés par la bande-annonce? On verra bien.

  13. Pour ce qui en est de vendre le livre au congrès, je ne sais pas trop. « Toi et moi, it’s complicated » n’est pas une oeuvre de SFFQ. Je ne voudrais pas dénaturer le congrès. Mais même si je ne mettrai pas le livre sur les tables de ventes, je vais certainement en trimballer quelques copies avec moi.

  14. Je me rends compte que j’ai oublié « Le Protocole Reston! » : bande-annonce accrocheuse, photos dans le ton. Un seul bémol : j’aurais préféré ne pas voir le visage des personnages principaux. Par contre, j’ai adoré les zombies!

    Tu vois, Dominic, quand tu me dis que la bande d’Alégracia était projetée sur un écran lors du lancement, là, je trouve ça tout à fait pertinent.

    Pour « Toi et moi, it’s complicated », tu vois, la scène du bricolage m’a donné envie de le lire. Alors même si le style ne cadre pas avec le Boréal, j’aimerais bien que tu en apportes un exemplaire sur place, d’accord? Promis, je te l’achète. Bien hâte d’avoir ta dédicace!

  15. Ce ne sont pas tous les édteurs qui font de la publicité pour les livres. J’en imagine éclater de rire si on leur propose de nous faire une bande-annonce, mais sauter dessus si on se décarcasse pour en faire une.

    Comme la majorité, je préfère les b-a qui sont subtiles, qui laissent deviner, qui intriguent. Mais je ne peux pas trancher sur la question des acteurs. Je les ai adoré dans « sa propre mort », mais pour Fol allié, non. J’attends le film, moi aussi ;)

    Prison de poupées, la b-a m’a ennuyée, je ne l’ai pas terminée. Comme quoi tous les goûts sont dans la nature.

  16. Dans une première version de la bande-annonce de SA PROPRE MORT, on voyait des acteurs interpréter des personnages du roman. Ça ne fonctionnait vraiment pas.
    La b-a sert à aguicher, à suggérer, à donner envie.
    Dans mon cas, c’est mon éditeur – la courte échelle – qui a proposé de faire cette vidéo et qui l’a financée, en plus.

  17. Je n’ai rien contre les bandes-annonces, mais elles m’intéressent peu en tant que lecteur. Je préfère les extraits, tout bêtement: le produit qu’on veut me vendre ne contient que du texte, après tout, et c’est la qualité de ce texte que je veux juger, directement. Un paragraphe a suffi à me vendre _Someone Comes to Town, Someone Leaves Town_ de Cory Doctorow: la meilleure bande-annonce n’aurait pas fait mieux.

    Il y a aussi la durée: une bande-annonce « m’oblige » à regarder pendant deux, trois minutes et assimiler l’information à un rythme imposé. Avec un simple extrait, je peux lire vite et me faire une idée plus rapidement.

    Cela dit, la bande-annonce de _Toi et moi…_ m’a amusé, avec sa « version papier ». Celle d’_En-d’sous_ est bien parce que le texte est en évidence et que la lecture par l’auteur donne une idée du ton, mais les images nuisent un peu à la concentration: là aussi, un extrait écrit aurait été aussi convaincant pour moi.

    Ce que j’aimerais savoir, c’est à quel point les bandes-annonces sont efficaces ou non pour attirer les gens qui lisent moins. Ça pourrait être une de leurs forces, en théorie, mais je ne sais pas comment ça se traduit dans la pratique.

  18. Bonjour. Je suis tombé sur ce blog en surfant. En tant qu’auteur, je m’interroge (comme vous tous) quant à la réelle efficacité d’une bande annonce pour faire la promotion d’une œuvre.
    Il y a tellement de projets publiés que les auteurs (du moins ceux qui débutent) sont obligés d’assumer une grosse part de la promotion.
    J’ai donc retroussé mes manches et créé un trailer pour mon dernier roman. Je vous invite à le découvrir:
    http://www.dailymotion.com/video/xc8i0a_roman-humour-dans-les-pyrenees-l-he_fun
    J’espère pouvoir discuter de tout cela avec le sympathique auteur de ce blog. Bien à vous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>