Comprendre son méchant

Plusieurs le savent déjà : je déteste les livres de fantasy où un putain de « Black lord » veut dominer le monde juste parce qu’il est méchant. Ou même, peu importe dans quelle situation, qu’on montre un personnage qui est méchant juste pour le trip d’être méchant, où ses actions n’ont aucun sens et ne vont même pas dans son propre intérêt. Ça arrive trop souvent. Et, disons-le, c’est foutrement mauvais!

Auteurs, je vous en supplie : faites votre travail! Si la responsabilité du chauffeur d’autobus est de tourner le volant aux intersections, la vôtre est d’essayer de comprendre votre « méchant ». Et puis non! Il faut bien plus! Il faut le comprendre absolument!

Vous pensez que c’est impossible, de se mettre dans la peau d’un tueur haineux? Courez à votre librairie et lisez La part de l’autre, d’Eric-Emmanuel Schmitt.

Chaque « méchant » a un chemin qui mène à lui. J’avais compris ce principe élémentaire depuis un certain temps, mais la lecture de ce livre a mis une lumière nouvelle sur cette théorie. C’est, en quelque sorte, une biographie romancée d’Adolph Hitler avec, en parallèle, son histoire s’il avait été accepté à l’école des beaux-arts. Une belle dualité. Ce que l’un aurait pu devenir si… et si… et si…

Depuis cette lecture, j’ai entrepris une recherche – ou plutôt un pèlerinage virtuel – pour comprendre ce « méchant » ultime qu’a connu l’Histoire. J’ai visionné plusieurs vidéos sur YouTube de ses discours, dont l’inquiétant Triumph of the Will. Je l’ai rembobiné trois fois, dont une fois sans volume, toujours en essayant de voir l’homme derrière le Furher, comme Eric-Emmanuel Schmitt l’a fait dans son livre. Pas facile. Et pire que tout, juste après, je me suis tapé le tout aussi troublant film Schindler’s List.

De l’automutilation.

Après ça, on comprend qu’aucun méchant n’est simple. Ils sont toujours complexes! Plus que vous, plus que moi! Toute la gang! Les méchants simples sont poches. Rangez vos « Black lord » dans le garde-robe et, s’il vous plait, laissez-les moisir dans leur boite à souliers. Ne les ressortez même pas pour en faire des caricatures. On est tanné de les voir, autant qu’on s’est tanné du fluo dans les années 80.

Share Button

6 commentaires sur “Comprendre son méchant

  1. Non, même pas! En fait, je trouve que Voldemort est assez réussi dans son genre, surtout dans le 6e livre. Le prochain film sera assez révélateur sur le sujet.

    En fait, la plupart des livres contre lesquels je m’offusque sont obscurs, pour la plupart, puisque le manque de travail côté méchant a contribué à laisser le livre dans l’ombre.

    Il existe néanmoins une grosse exception que je ne nommerai pas. C’est vert et ça se promène sur un cheval… Bref.

  2. Je suis tout à fait d’accord avec toi, c’est vraiment énervant, des méchants sans profondeur, autant que des héros sans profondeur (je dois l’avouer, j’ai fait des erreurs là-dessus, mais je compte bien ne plus recommencer ;)).

    Ça me fait penser à cette question : comment rendre les personnages aussi complexes ? Dois-je m’imaginer un interview avec un personnage ou bien m’inspirer de diverses personnes de mon entourage ?

  3. Si tu construis un passé solide au personnage, ça va aider beaucoup. Chaque personne est la somme de ses expériences.

    S’inspirer des personnes qui nous entoure est une forme de raccourci, pas forcément mauvais, puisqu’on connait habituellement le passé de ce monde là, et donc on peut facilement anticiper leur réaction à une situation donnée. On n’a qu’à transposer dans le roman.

    Donner de la profondeur à un personnage est un tour de force qui s’accomplit par divers moyens. Parfois, c’est pendant qu’on écrit son livre que la personnalité dudit personnage se révèle! Il faut alors revenir au début et corriger les passages où il n’était pas encore « mature ». J’ai vécu ça à plusieurs reprises.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>